Lettre aux Amis, Anciens Stagiaires et Nouveaux Venus

Il est difficile aujourd’hui de s’isoler et de ne rien savoir sur ce qui se passe dans le monde et si l’on y arrivait, ce ne serait certainement pas la meilleure des attitudes. Il est important, en effet, d’avoir entendu parler ou vu les colonnes d’émigrés qui fuient leurs pays en guerre, d’être au courant de toutes les menaces terroristes qui sont comme les métastases d’un énorme cancer, des scandales politico-financiers, des déséquilibres écologiques qui menacent notre planète, des cancers et maladies auto-immunes qui deviennent légions chez les humains, des familles qui se disloquent, de la pauvreté et du chômage qui n’en finissent pas, des « burn out » qui s’accumulent… et j’en passe ! Les hommes ont comme perdu leurs repères et j’en suis témoin chaque jour, en tant que médecin. Certains s’isolent, ne voulant plus rien savoir du monde dans lequel ils vivent, pensant naïvement rester indemnes, d’autres partent sur les océans avec « la Croisière s’amuse », d’autres encore s’engagent dans une forme de violence pensant régler ainsi radicalement les problèmes, d’autres enfin attendent un miracle qui vienne du ciel… Tous, nous avons, ici et là, de temps en temps, en fonction du moment, de nos humeurs ou des circonstances, l'une de ces tentations, consciemment ou inconsciemment. Je le revendique également, mais fondamentalement, depuis un certain jour, je crois, comme le Père Pierre Teilhard de Chardin l’écrivait, que « l’Avenir sera plus beau que tous les passés ». D’autant plus que l’Avenir est déjà là le jour où l’on se met debout, Ensemble et en Marche, se retroussant les manches face à tous les problèmes qui peuvent nous assaillir. Teilhard de Chardin qui était prêtre et scientifique de renom disait : « N’en doutons pas et éveillons-nous à cette Lumière là: le Monde est plein de Dieu sinon il y a longtemps qu’il serait mort de dégoût ». Albert Camus, lui, ce grand philosophe qui ne croyait pas en Dieu, s’est mis debout et en marche pour lutter contre les injustices, poussé par ce qu’il appelait « l’Absurde », c’est à dire cet écartèlement entre un univers majestueux, une nature belle, intelligente et généreuse et les situations déshumanisantes qui accablent l’Homme. Antoine de Saint Exupéry, quant à lui, a mis, dans la bouche du renard qui parlait au Petit Prince, cette phrase si simple, si vraie et pourtant si difficile à faire sienne : « On ne voit bien qu’avec le coeur…L’essentiel est invisible pour les yeux ». Voilà les raisons pour lesquelles, infatigablement, je continue à animer des sessions afin de donner, autant que cela est possible, de l’espérance, de la joie et du « Coeur à l’ouvrage ». Le Mont sainte Odile, avec son recteur Patrick Koehler, nous accueille généreusement et nous en sommes heureux d’autant plus que le charisme de ce Lieu est de rendre la vue aux aveugles…! Que les aveugles soient donc en fête et se mettent en marche !

Nous les attendons. Comme vous allez le constater, en plus des sessions de deux et cinq journées, nous faisons l’expérience, cette année, de deux journées-conférences qui nous permettront de réaliser deux objectifs : - le premier est de s’adresser à celles et ceux qui ont la crainte de venir plusieurs journées, qui ne disposent que de peu de temps ou qui habitent la proche région. - le second est de permettre à celles et ceux que l’on connait, parce qu’ils ont déjà participé à des sessions, de venir passer le week-end et de nous retrouver du vendredi au dimanche. Ce temps sera d’abord un temps de repos et de ressourcement en profitant des magnifiques balades proposées par ce Lieu privilégié et accueillant, mais il sera aussi un temps de partage, de rencontres, de conseils, de prière, d’écoute, d’espièglerie, en salle de conférence ou autour d’un bon repas, avec ou sans thème, en journée ou en soirée festive, de façon à créer un tissage. Nous nous sommes aperçus, en effet, qu’un grand nombre de personnes, après avoir vécu un grand moment de Joie, à l’écoute d’une Parole, lors d’une retraite ou d’une Rencontre, se retrouvent isolés au milieu d’un environnement qui n’est pas toujours compatible avec leur foi, voire même hostile. Un croyant isolé est un croyant en danger et nombre de ces personnes, après avoir fait de nombreuses retraites, sessions, séminaires, suivi psychologique, se retrouvent face à de graves difficultés dans leur couple, en famille ou professionnellement. Nous savons, par expérience pour nous-mêmes, qu’il faut sans cesse « Vingt fois sur le métier remettre notre ouvrage » et cela nous a poussé à encourager nombre de personnes à venir et revenir aux différentes sessions, nous permettant de vivre dans un cheminement de foi, une véritable amitié fraternelle et créer ainsi un tissage qui se solidifie peu à peu. La finale du thème de chaque session est toujours la même, certes, mais quelle richesse de l’aborder aves les yeux et le coeur d’Antoine de Saint Exupéry, de Pierre Teilhard de Chardin, de Florin Callerand ou encore d’Albert Camus. Je profite de ce courrier pour vous souhaiter une bonne journée, une bonne année et une bonne santé.

Mais surtout une Bonne Santé pour Toujours, Santé que l’on appelle le Salut. Alors, Salut à vous toutes et à vous tous…

Bernard Woestelandt

A l'affiche !
Articles récents